rachid-filali

rachid-filali
Profiles

Entretien exclusif avec le grand linguiste français Louis - Jean Calvet

novembre 27th, 2012

Par: Rachid Filali

-Professeur Louis - Jean Calvet
Le célèbre linguistique Noam Chomsky affirme que le concept de la meilleure langue n’existe pas, mais dans vos études, il ya le concept de la lan
gue la plus forte, comment expliquez-vous cela, notez qu’il existe une convergence entre les deux concepts?

Je ne considère pas qu’il existe une langue « meilleure » que les autres, ce qui serait stupide, je cherche à déterminer les facteurs qui donnent aux langues une importance différente dans ce monde mondialisé. Prenons un seul exemple, celui du mandarin et de l’anglais. Le mandarin est la langue la plus parlée au monde comme langue maternelle. Mais elle est surtout parlée en Chine, elle n’est langue officielle que de trois pays (Chine, Taïwan, Singapour), elle n’est pas véhiculaire, etc. A l’inverse l’anglais, moins parlée comme langue maternelle, l’est beaucoup comme langue seconde, est officielle dans plusieurs dizaines de pays, etc. Ainsi, en considérant la place des langues sur internet, les flux de traductions, le poids économique des pays dans lesquels elles sont parlées, nous avons mis au point le baromètre des langues du monde auquel vous faites allusion. C’est-à-dire que si les langues sont « égales » en dignité elles n’offrent pas les mêmes possibilités sociale. Ne parler que l’albanais par exemple, ne donne pas les mêmes possibilités que ne parler que le français ou l’anglais.

-«Pour une écologie des Langues du monde” est un bond extraordinaire dans le domaine de la linguistique moderne,
C’est pourquoi je veux vous poser une question à propos de qui ils sont les représentants de “Greenpeace” dont ils peuvent sauver des langues de la pollution linguistique venant de directions différentes? Est-ce possible dans le contexte des relations de pouvoir qui prévalent depuis les temps anciens?
Les langues appartiennent à ceux qui les parlent et qui en font ce qu’ils en veulent, en particulier qui les transmettent ou pas. Dans cette concurrence, ou cette « guerre des langues », certaines sont en voie de disparition, d’autres en pleine expansion. Aucun linguiste n’apprécie de voir une langue disparaître mais, depuis que l’espèce humaine parle, des langues n’ont cessé de disparaître, d’autres d’apparaître. Il y a là un phénomène général, que nous pourrions comparer à la disparition ou à la mutation des espèces : il n’y a plus de dinosaures par exemple. Ce qui est plus préoccupant, c’est que le nombre de langues diminue.
-Dr Anne Morning, auteur de “The Nature of Race ” dans une interview, m’a confirmé que la recherche scientifique moderne regorge en termes racistes,
Est-cela vaut aussi pour la recherche en linguistique?
Des termes racistes en linguistique ? Pas vraiment, mais plutôt une utilisation raciste ou méprisante de termes scientifiques détournés. La notion de dialecte par exemple, et les situations arabophones en sont un bel exemple. La différence que l’on fait à tous les niveaux (populaire, politique, scientifique) entre fusha, wusta et darija, peut être considérée comme raciste, la langue réellement parlée par le peuple étant considérée comme inférieure aux deux précédentes. Il y a des pays dans lesquels la langue officielle est la langue majoritairement parlée par le peuple. Ce n’est pas le cas des pays arabes, dans lesquels la langue officielle est tout sauf celle du peuple. Mais nous sommes là confrontés à des problèmes culturels, en particulier des problèmes de laïcité. Et lorsque je travaille sur le « poids des langues » je suis dans une grande difficulté pour traiter l’arabe « standard », que peu de gens parlent, les langues réellement parlées étant l’algérien, le tunisien, l’égyptien, etc.
-Le colonialisme français en Algérie a fortement combattu les langues locales, notamment l’arabe, et d’autre part, il ya ceux qui prétendent que l’arabisation a été un désastre pour l’Algérie, comment expliquez-vous cette contradiction?
Vous comparez là deux époques différentes. Il est vrai que la colonisation, dans le domaine des langues, a fait preuve d’un grand mépris pour les langues locales. L’arabisation concerne l’Algérie indépendante et, comme je le disais dans ma réponse à la question précédente, elle a considéré que les langues populaires (l’arabe algérien et le kabyle pour ce qui concerne l’Algérie), réellement parlées par le peuple, ne pouvaient pas être des langues d’enseignement. Il en résulte qu’un élève arabophone va apprendre à lire et à écrire dans une autre langue que celle qu’il parle. Et la situation est pire encore pour un locuteur du kabyle. Désastre ? Je ne sais pas, je n’ai pas fait d’enquête sur ce terrain, mais source d’énormes difficultés, sûrement.
-Professeur Louis - Jean Calvet, que pensez-vous de ceux qui disent que le colonialisme en Algérie a été positive, et que la langue française comme moyen de civilisation est la raison principale derrière le développement des Algériens?
Qui dit ça ? Des Algériens ou des Français ? Il y a sans doute du côté des Français des nostalgiques de l’époque coloniale qui pensent cela. Du côté algérien, cela concerne l’Algérie…

-Vous êtes un grand critique d’art, à votre avis, quelles sont les raisons de la crise actuelle de la chanson française, où l’on n’entend plus les voix de génie tels que: Léo Ferré, Jacques Brel et les autres ..
Je ne suis pas « un grand critique d’art », je travaille sur la chanson d’un point de vue à la fois historique (voir mon livre Cent ans de chanson française) et sémiologique. Il y a aujourd’hui beaucoup de courants intéressants dans la chanson française, peut-être peu connus à l’étranger, une nouvelle génération. Je pense à des gens comme Bénabar, Jeanne Cherhal, Camille, M., etc. Avec Brel et Ferré vous faites allusion à une génération ancienne. Entre les deux il y a une autre génération, Bernard Lavilliers, Renaud, Le Forestier, etc… En fait les arts évoluent sans cesse. Georges Brassens reste une référence importante, comme certains peintres ou certains romanciers. Mais la peinture, la littérature, la chanson continuent d’évoluer, et certains chanteurs d’aujourd’hui seront sans doute des classiques dans cinquante ans





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 82 articles | blog Gratuit | Abus?